Skip to content

Ripoublik.com est arrivé !

28 juin 2010

Suite à la réussite de ce modeste projet, nous avons continuer à développer ce blog d’information pas comme les autres. Je vous annonce donc aujourd’hui la fermeture de ce blog pour aller directement sur la nouvelle plate-forme web, Ripoublik.com.  Il y a encore sans doute pas mal de chose à faire pour gagner en qualité, mais voici quand même quelque chose d’assez solide.

N’hésitez pas à laisser vos avis sur cette nouvelle mouture…. S’il y a encore quelques réglages à faire, c’est le moment!

Rendez-vous sur Ripoublik.com !

Le millionnaire devenu livreur de pizza

25 juin 2010

Lu ce matin sur LeFigaro.fr:

Jack Abramoff

Après avoir passé trois ans et demi en prison pour fraude, Jack Abramoff, qui avait ses entrées à la Maison-Blanche à l’époque Bush, est désormais simple employé d’une pizzéria casher de Baltimore.

Il demandait près 750 dollars par heure à ses clients. Désormais il doit se contenter de 7 à 10 dollars. Jack Abramoff, qui fut dans les années 90 un des lobbyistes les plus puissants de Washington, fait à nouveau la une des journaux avec son étonnante reconversion. Le millionnaire déchu, qui avait ses entrées à la Maison-Blanche à l’époque Bush et auprès d’autres figures du parti républicain, est depuis lundi employé d’une pizzeria casher de Baltimore.

Condamné dans plusieurs affaires de corruption, escroquerie et fraude, Jack Abramoff a passé trois ans et demi en prison. Libéré début juin, il vit désormais dans un centre de réhabilitation qui lui a trouvé cet emploi de la seconde chance. Quitte d’ailleurs à décevoir les clients de Tov Pizza, ils ne dégusteront pas de plats mitonnés par l’ancien lobbyiste. Le propriétaire de Tov Pizza, Ron Rosenbluth, l’a en effet engagé pour rajeunir et dynamiser l’image du restaurant, qui existe depuis plus de 26 ans.

(Source de l’image)

Pour le Conseil de l’Europe, la France est raciste!

25 juin 2010

Nils Muiznieks, Président du ECRI

Lu sur le site Place publique: La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI)* a publié le 15 juin 2010, son quatrième rapport sur le racisme en France. Préjugés et discriminations persistent en matière d’accès à l’emploi, à l’éducation, au logement, note cette étude du Conseil de l’Europe.

Selon le président de l’ECRI, Nils Muiznieks, la situation en France est préoccupante dans certains domaines telles que la perception de la police par les minorités, les préjugés contre les musulmans et le ton du débat sur l’immigration.

L’eglise grec-orthodoxe est-elle indésirable à Jérusalem?

25 juin 2010

Le Saint Sépulcre, à Jérusalem

Lu sur le site AlManarTV:

Des hommes d’affaires israéliens sont depuis plusieurs mois en pleines tractations marathon  avec l’église grecque-orthodoxe pour renouveler les contrats de bail des terres situées dans la vielle ville de Jérusalem AlQuds occupée.

Selon des sources israéliennes, rapportées par le site en ligne palestinien Arabs48, la superficie concernée atteint les 520 dunums, sur lesquelles sont construits la Knesset israélienne, le bureau de la présidence,  la résidence du chef de l’entité, la grande synagogue, en plusieurs centaines de logements.

Ce territoire a été légué par l’église en question en fonction d’un bail de 99 années, qui devrait prochainement parvenir à terme. Les hommes d’affaires israéliens s’acharnent pour le garder «  entre des mains juives ».

Selon l’avocat israélien du patriarcat grec-orthodoxe, Leon Amiras, si l’église se refuse à une telle transaction, il se peut fort que les autorités de l’occupation israélienne confisque par la force ces terres.

Le patriarcat grec-orthodoxe qui est l’une des plus grandes propriétaires de terres en Palestine occupée avait contracté ce bail avec des organisations sionistes dans les années 20 du siècle denier, suite à des difficultés financières.
En 2005, Sous la direction d’Irénée 1er, elle vendit une rue entière de la vieille ville de Jérusalem occupée, ou se trouvent deux anciens hôtels et des dizaines de maisons habitées par les Palestiniens. Ce qui avait alors soulevé la colère des Arabes Palestiniens et Jordaniens et amena l’église à le démettre de ses fonctions et à le remplacer par Théophile III.

Mais l’élection de ce dernier n’a pas été reconnue par les Israéliens, qui ne cessent de le harceler, tout en soutenant son prédécesseur, opérant une scission au sein de cette communauté chrétienne.

En 2007, le nouveau patriarche a haussé le ton contre les promoteurs immobiliers proches des autorités israéliennes, les accusant d’exercer sur lui des pressions pour qu’ils cèdent des terres et des biens fonciers en contrepartie d’une reconnaissance officielle.

Une communauté de Frères et Sœurs de Beit Jamal est également harcelée par des promoteurs israéliens, qui leur ont proposé à plusieurs reprises d’acheter leurs terrains.
Depuis que la supérieure a repoussé leurs offres, cette communauté subie régulièrement des actes de vandalisme et la police n’a toujours pas réussie à mettre la main sur les malfaiteurs.

En l’absence de réaction de la part du patriarche, il convient d’imaginer qu’il est en train de subir une situation similaire .

Pour ou contre le régionalisme politique en France?

25 juin 2010

Jacques Bompard, le maire d’Orange, en prend la présidence et est entouré au bureau exécutif par Ronald Perdomo, Michèle Carayon, Guy Macary et Dominique Michel comme vice-présidents, par Philippe de Beauregard comme secrétaire général et par Hubert Savon. Extrait de ses statuts :

« La Ligue du Sud se fixe pour objet la défense, la promotion et le développement des régions du Sud de la France, dans tous les domaines. A ce titre, elle participe aux débats politiques et électoraux dans les régions et les circonscriptions électorales du Sud de la France.

La Ligue du Sud inscrit son action dans le cadre des institutions républicaines. Régionale, mais pas régionaliste, la Ligue du Sud entend notamment préserver l’identité régionale, développer la prospérité économique et la qualité de la vie, renforcer la sécurité et la justice sociale dans les régions du Sud (…)

C’est peut-être l’occasion pour relire un article que j’avais rédigé en fin d’année dernière concernant la question du régionalisme au sein de la stratégie politique:

Le régionalisme comme stratégie de lutte contre la République anti-nationale

1990: Serge Malik dénonce l’imposture SOS Racisme

24 juin 2010

Mgr Benoit- Gonnin: « Je ne laisserai pas occuper une église »

24 juin 2010

Un article du Parisien.fr nous relate une tentative d’occupation d’église par un collectif de clandestins, et du refus par l’Eveque du lieu d’être pris en otage par la situation:

Le P. Jacques Benoit-Gonnin interrogé dans un reportage de France 2, le 22 février 2007 (Capture d'écran du site Ina.fr).

« Je ne laisserai pas occuper une église, car elle n’est pas faite pour cela, explique Mgr Jacques Benoit- Gonnin. C’est un édifice affecté au culte, qui accueille les assemblées de prière, des conférences religieuses ou des concerts de musique sacrée. La situation douloureuse de ces personnes ne justifie pas qu’on vienne dans un lieu et qu’on l’occupe sans prévenir. On est pris en otages. » Pour autant, « l’Eglise ne reste pas indifférente à la situation des personnes qui se retrouvent à la rue, migrantes ou pas ». [...]

Mgr Benoit-Gonnin est conscient que l’Eglise se retrouve sur « une ligne de crête » : « D’un côté, il est de notre responsabilité de défendre la dignité des personnes. Toute personne est une créature de Dieu et elle doit être respectée dans ses droits fondamentaux. De l’autre, l’Eglise ne peut contester les décisions de l’Etat qui régit les flux migratoires, la politique d’accueil des migrants… » Les deux représentants de l’Eglise et de l’Etat dans l’Oise ont échangé sur la question le mardi suivant la tentative d’occupation. « Le préfet est au courant de cette situation et il agit en fonction de la réglementation », explique l’évêque. Et de rappeler qu’au-delà des situations d’urgence se cachent de vrais problèmes politiques, économiques ou sociaux : « Il n’est pas admissible que des personnes soient obligées de fuir leur pays à cause de la guerre, de la misère ou de la corruption. »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.