Skip to content

Le régionalisme comme stratégie de lutte contre la république antinationale

16 janvier 2010

Carte de l'eurorégion Pyrénées-Méditérranée (http://www.euroregio.eu/eu)

Ce texte a pour objet de réfléchir sur la question du régionalisme, et ce à travers une démarche de recherche et d’ouverture. Il ne s’agit donc pas ici de poser un certain nombre d’affirmation de manière arrêtée, mais bien de proposer des pistes de recherche.

Partons d’un premier principe admit par un grand nombre de patriote français sur la question de l’état actuel de la France. Nous pouvons affirmer qu’en se moment, notre pays va mal et qu’il existe peu d’élément pouvant nous faire espérer un avenir meilleur. L’élite au pouvoir ne manifeste que mépris pour la France charnelle et enracinée, autrement dit pour la France traditionnelle. Même les principes républicains qui furent jadis relativement ancrés dans une vision nationaliste (bien que la république ai soit d’essence universaliste), semble aujourd’hui bafoués, mais en réalité pas tant que cela. Il faut reconnaitre que les principaux problèmes auxquels la France est confrontés (immigration massive, substitution de population, multiculturalisme, désindustrialisation, ….) peuvent être imputable à l’idéologie universaliste républicaine, qui a en fait mis en pâture la culture, l’esprit et le particularisme français.

Carte de l'eurorégion Alpes Méditérannée (http://medalp.eu/fr/)

D’une France ancrée dans son royaume, habitée par un peuple multiséculaire dont la vie était rythmée par les cloches de l’église du village, nous en sommes arrivé à une France réduite à être une assistante sociale pour la misère humaine mondiale, où l’ensemble des peuples vivant sur Terre peuvent revendiquer leur francité avec parfois plus de légitimité que le Français de souche, où le Mac Do et la mosquée  sont devenus les nouveaux temples, symbole de la diversité si chéri par la République métissée.

Le constat doit être tiré avec honnêteté et courage : tant que la France sera dirigé par une élite cosmopolite, et que ceux-ci se baseront sur des principes républicains qui ne font que brader la France à l’euro-mondialisme, il sera impossible de pouvoir mener une réelle stratégie de résistance pour tenter de sauvegarder ce que nous pouvons de cette France traditionnelle que nous portons dans notre chair et notre âme.

De plus, nous voyons bien comment la démocratie empêche toute contestation envers les fondements de la république, et envers le Système tout simplement. La meilleure illustration étant le second tour de l’élection présidentielle de 2002, où un grand «front républicain » a été mis en place pour barrer la bête immonde incarnée par M. Le Pen. Ainsi, pour résister au Système qui veut détruire l’ordre ancien et nos traditions, il parait impossible de le faire par le haut de la pyramide actuelle, à savoir au niveau national.

Or, nous assistons à un phénomène qu’à démontrer M. Pierre Hillard, à savoir la coexistence d’une montée en puissance du pouvoir infra étatique et sub étatique pour détruire le niveau étatique. Autrement dit, l’Union Européenne qui est une organisation supranationale, renforce le pouvoir régional au sein des nations pour prendre en tenaille ces dernières et les détruire.

A voir le niveau d’avancement de ce projet et la puissance des forces en présence, il conviendrait d’adopter une position pragmatique : l’avenir de nos nations passent désormais par le pouvoir régional. En clair, cela signifie que pour vouloir sauver les derniers meubles, il faudrait que les patriotes s’investissent sur une résistance de type régionaliste plutôt que lutter,  tel un Don Quichotte, au niveau national.

Le niveau régional confère encore une certaine accessibilité, une certaine proximité avec le terrain, contrairement au pouvoir national qui reçoit ses ordres de Bruxelles, Washington et Tel Aviv. L’idée serait donc de s’investir dans une stratégie de conquête du terrain politique au niveau régional et local, cette démarche ayant plusieurs avantages :

–          Mener une stratégie plus réaliste et pragmatique : il sera plus facile et envisageable d’atteindre une ou plusieurs mairies d’une même région, ou un Conseil régional, que d’atteindre le Gouvernement national ou le Parlement européen,

–          Mener une politique identitaire plus aisément : la défense d’une région permet de n’être plus enchainé au boulet républicain, et de revendiquer de manière plus légitime une politique identitaire avec la défense de nos traditions et cultures régionales. Par exemple, le combat identitaire mené dans la région Provenc , en axant le programme politique sur la promotion de l’identité charnelle provençale (langue, traditions,…), et lutter contre les invasions exogène de type mosquée, Mc Do,… sera mieux compris par la population et donc plus fructueux sur le plan électoral.

–          Vouloir créer des régions fortes qui soient gérés par des élus identitaire ne signifie pas forcément s’opposer à la Nation : si la France est dépecé en six eurorégions, rien n’empêche à ce que les organes politiques de ces eurorégions soient composés de personne ayant une volonté de défendre des régions fortes au service d’une nation forte. Ainsi, même dans une France divisée en eurorégion, il pourra subsister le sentiment d’appartenance nationale grâce à des élus qui chercherons à mettre en place des événements ou activités allant dans ce sens, par exemple.

Faire l’impasse sur l’inéluctable régionalisation et démembrement de la France par l’Europe serait un manque d’intelligence et un renoncement terriblement fatal pour les résistants patriotes. Cette affirmation peut paraitre contradictoire à premier vue, mais songez qu’un de pièges les plus grave en politique est d’avoir une lutte de retard. Désormais, rien ne peut faire barrage à ce processus de régionalisation, c’est pourquoi nous devons prendre en compte cette situation et aller de l’avant. Les eurorégions sont nos derniers camps de retranchement pour défendre nos identités, alors essayons de dépasser les interminables querelles de chapelle, et penchons-nous sur la question du régionalisme pour prendre les devant sur le Système.

En espérant que le camp national et patriote se saisira de la question du régionalisme, pour être acteur et non victime de ce futur inévitable….

Advertisements
15 commentaires leave one →
  1. 16 janvier 2010 19 h 05 min

    « Ainsi, même dans une France divisée en eurorégion, il pourra subsister le sentiment d’appartenance nationale »

    Très juste, car la nation française peut à mon sens survivre à un Etat. De fait, depuis 1789 elle survit malgré la persécution républicaine, elle survit malgré l’Etat républicain, la nation historique et civilisationnelle ne s’éteint pas dans l’âme des Français. Elle survivra encore sans Etat. Je pense en effet que nous nous dirigeons vers un retour du féodalisme médiéval où l’autorité politique nationale était morcellée au niveau régional. De plus en plus, il se peut que nous voyions apparaître au niveau local des organisations, des associations, réunies autour de personnalités fortes, nos barons, bref une nouvelle noblesse d’épée chargée de défendre le peuple devant les invasions.

  2. Eisbar permalink
    16 janvier 2010 19 h 21 min

    Que pèseront des régions européennes au niveau géopolitique ? N’était-ce pas dangereux militairement de se recroqueviller ? J’avoue que je suis sceptique sur les régions européennes…

  3. 16 janvier 2010 19 h 29 min

    @ Eisbar,

    Les eurorégions ne pèseront pas grand chose au niveau du bloc européen, tout juste quelques voix de parlementaires, de plus comme l’a démontré P. Hilalrd, l’intérêt pour le Système est qu’en faisant la promotion des eurorégions au profit des nations, ces nouvelles entités n’ont plus les mêmes défenses et potentiel: plus d’armée, plus de diplomates pour faire valoir les intérêts à l’extérieur, donc en somme, on est amputé.

    Mon propos à travers cet article de recherche, ce n’est pas de savoir si la région nous permet d’être plus fort sur le plan géopolitique qu’à travers un Etat, c’est plutot de dire que la disparition des Etats est programmé au même titre que l’avènement des eurorégions, voilà pourquoi nous devons nous pencher sur la question…. 😉

  4. 16 janvier 2010 19 h 31 min

    @ Ingomer,

    La nation survivra à la disparition de la République française, et je pense que justement la disparition de l’Etat républicain qui a coloniser la nation catholique française est une aubaine pour nous. Maintenant, puisque celle-ci sera remplacé par un maillage d’eurorégion, il nous faut dès à présent avoir à l’esprit que la bataille se situe à ce niveau.

  5. 16 janvier 2010 19 h 37 min

    « La nation survivra à la disparition de la République française, et je pense que justement la disparition de l’Etat républicain qui a coloniser la nation catholique française est une aubaine pour nous. »

    Je suis 100% en phase avec ça… C’est exactement ce que je pense et ce que nous sentons tous confusément se mettre en place petit à petit.

    « Maintenant, puisque celle-ci sera remplacé par un maillage d’eurorégion, il nous faut dès à présent avoir à l’esprit que la bataille se situe à ce niveau. »

    Oui, c’est dans cette direction qu’il faut chercher.

  6. 16 janvier 2010 19 h 39 min

    c’est d’ailleurs ce qu’avait senti Jean Raspail dans son billet « La République trahie par la république » : le regroupement des Français au niveau local au sens de ce qu’il appellent des « communautés de la pérennité française ».

  7. JB93 permalink
    17 janvier 2010 15 h 49 min

    Très intéressant votre article fromdawu, je suis ravi de lire que vous avez de la sympathie pour le régionalisme ou même l’euro-régionalisme.
    Malheureusement, je trouve que beaucoup de catholiques ont trop souvent une vision figée ou passéiste autour de la « sacro-sainte » nation française.

  8. 17 janvier 2010 20 h 47 min

    Cher JB93, j’ai simplement voulu me mettre dans une position réaliste (important en politique), et dire que la nation est programmé pour le démembrement depuis des décennies par ceux qui nous gouvernent et qui contrôlent tout. C’est pourquoi il faut prendre en compte cela et aller de l’avant.

    Mon intérêt pour le régionalisme ne veut pas dire que je renie l’attachement viscéral que j’ai envers la Nation française, je dis justement que la Nation peut survivre à la mort de l’Etat et aux euro-régions.

  9. Gorr permalink
    20 janvier 2010 13 h 41 min

    « La nation survivra à la disparition de la République française »

    C’en est même le préalable indispensable

  10. nicole permalink
    20 janvier 2010 20 h 25 min

    Bonjour.
    Je viens de découvrir :
    « Le village des vieux métiers », à Arzannes, en Lorraine :
    http://www.vieuxmetiers.com/page25-qui-sommes-nous.html

    Une « desouchière » ?

  11. 21 janvier 2010 14 h 07 min

    Bonjour Nicole,

    Merci pour ce site que je découvre, c’est magnifique ce que ces gens font!

    Apparemment il ne s’agit pas d’une Desouchière à proprement parlé, mais plutot d’un village témoin où sont perpétués les anciens métiers.

    En tout cas, c’est vrai que cela peut rejoindre le concept de Desouchière, car il faudra qu’il y ai de genre d’activité là bas….

  12. Wala permalink
    21 janvier 2010 16 h 25 min

    L’état français recevrait ses directives de Tel-Aviv.
    On en apprend tous les jours.
    Professeur,pouvez-vous étayer cette révélaSion ?

  13. duchesse du Berry permalink
    18 février 2010 5 h 08 min

    Dire adieu à la nation me brise le coeur.

    Les régionalisations sont d’ores et déjà acceptées par l’Union Européenne, et même voulues, dirais-je, quand on sait qu’il a été écrit une « Charte des langues régionales et minoritaires » adoptée par le Conseil de l’Europe en 1992 et signée par le gouvernement Jospin le 7 mai 1999.
    C’est l’Académie française qui a donné l’alerte la première en parlant de démolition de la nation par sa structure linguistique. Le terme « langues régionales » n’est en effet qu’un moyen rassurant de dissimuler le choquant « et minoritaires », qui revient à tolérer dans les lieux publics et administratifs la reconnaissance des langues des immigrés. La France se verrait ainsi léopardisée, « mosaïquée », fragmentée en diverses régions, afin d’être beaucoup plus fragile et soumise à un Gouvernement centralisé mondial.

    Je ne dis pas que le régionalisme est une bonne ou une mauvaise chose, je dis qu’il est voulu par l’Europe, ou induit par elle, et que nous y viendrons tôt ou tard. Il n’empêche que laisser des morceaux de terrain, de villes, de départements à des étrangers, même s’il s’agit d’un repli stratégique et sans doute provisoire, c’est pour moi, capituler, et me fait regretter la France comme nation, comme géographie, comme art de vivre coutumier, comme pays d’histoire, de foi et de tradition chrétienne. La FRANCE, quoi.

  14. olive permalink
    31 mars 2010 15 h 22 min

    « lutter contre les invasions exogène de type mosquée, Mc Do,… sera mieux compris par la population et donc plus fructueux sur le plan électoral. »

    Il y a longtemps que la population a compris l’invasion mais n’a pas été soutenue ni entendue ; vous prenez des gens, vraiment pour des demeurés.
    Votre manière de penser n’est pas celle des autres.
    La noblesse, la bourgeoisie, les juifs et les musulmans (à part la religion) sont des cosmopolites.
    Proposer de lutter au niveau régional c’est renoncer au national ; la région, non plus de voudra pas de vous.
    Chercheriez vous un poste peinard ?
    .
    @ Ingomer

    « nos barons, bref une nouvelle noblesse d’épée chargée de défendre le peuple devant les invasions. »

    C’est toujours le peuple qui défendait le pays et les intérêts des nobles. Les nobles ont toujours été des traîtres. Aujourd’hui c’est pareil ; les uns s’acoquinent avec des juifs, d’autres avec des musulmans.
    Et il n’y a plus de nation en France.

    Vos réflexions sont jolies mais irréalistes.

Trackbacks

  1. Pour ou contre le régionalisme politique en France? « Ripoublik: Réflexions sur le monde contemporain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :