Skip to content

France: Carte des zones encore libres

27 janvier 2010

Voici une carte des territoires qui ne sont pas encore envahis par les tentacules urbaines et par conséquent, qui sont encore des zones potentielles de résistance au Système . Il va de soi que les zones urbaines et même péri urbaines sont des territoires perdus où s’entretueront les racailles et les bobos dès que la situation politique et socio-économique dégénèrera.  Par conséquent, il faut dès maintenant regarder les zones loin des villes et échappant à leur contrôle. Voici un élément de réponse avec cette carte représentant les zones et les espaces d’influence urbaine en France en 1999 (donc agrandissez un peu ces zones pour avoir une idée d’aujourd’hui).

D’autres cartes sont disponibles sur le site     www.notre-planete.info

Il faudra par la suite identifier des villages dans chaque régions ou département pouvant être des lieux propices à la préservation de l’esprit et de la culture française.
Vaste programme…..  !

Publicités
14 commentaires leave one →
  1. Franquie permalink
    27 janvier 2010 14 h 50 min

    Bonjour FromDaWu (drôle de nom, qu’est-ce que ça veut dire?)

    Carte intéressante.
    Je rêve de m’établir à la campagne, mais je ne suis pas qualifié, je ne vois pas trop comment je pourrais trouver du travail et assurer ma subsistance.

    Bref, en tous cas je suis partant pour participer à tout projet de libération passant par l’établissement d’une base stable.

    Salut!

  2. Gorr permalink
    27 janvier 2010 15 h 07 min

    Souvent on entend la réflexion suivante : il faut s’éloigner des villes, aller avec sa famille se réfugier à la campagne (calme, paix, protection, etc), si possible dans des lieux reculés.

    C’est très bien mais le « retour à la terre » avait été promu par le Mal Pétain et aidé par l’Etat de l’époque (Dieu le bénisse). Et cette tentative de re-ruralisation a été un échec cinglant.

    Pourquoi est-ce là une utopie ? Parce que, quoi qu’on dise, on ne peut pas se passer de ville :
    1. Dans la campagne reculée, il n’y a pas de travail, pas de médecin, rien. C’est utopique de croire qu’on va se mettre à planter des choux et à manger des carottes. D’ailleurs la plupart d’entre nous n’a jamais planté quoi que ce soit. Il faut bien de l’argent, y compris pour se faire soigner quand on est malade.
    2. Les enfants doivent aller à l’école (hors contrat, SVP) : à la campagne il n’y a rien. Pas d’école, pas de moyen de transport, rien.

    Qui veut vivre comme les Amish ? Personne. Et personne ne nous le demande non plus.

    Alors bien sûr que les villes et zones périurbaines sont de plus en plus pourries, infestées, bougnoulisées, dangereuses… mais on ne peut vivre ailleurs quand on a une famille, un boulot, des enfants à scolariser.

    A part les retraités, je ne vois pas qui pourrait ainsi faire sa valise et habiter une maison isolée au milieu des Vosges.

    • 27 janvier 2010 22 h 44 min

      @Gorr,

      Le retour aux villages est la seule alternative qui s’offre à nous. Tu dois le savoir malgré tout, je le sais car je commence à te connaitre 😉

      Il faut que nous puissions nous organiser, créer des communautés fdesouche solidaires, créer des structures économiques favorables à la pérennisation de nos communautés afin d’être autonome sur tout les plans.

      Se sont des discussions que nous devons mener……

  3. 27 janvier 2010 15 h 08 min

    Bonjour Franquie,

    Je pense que lorsqu’il faudra envisager l’organisation de kibboutz à la française, toute les bonne volonté sont bonne à prendre, et les métiers permettant d’assurer la vie économique ne nécessiteront pas forcément de qualification.

    Donc ne soyez pas limitez par cela je pense, à mon humble avis…. Restons en contact, faites un tour de temps en temps sur le Blog 😉

  4. Franske svin permalink
    27 janvier 2010 18 h 11 min

    @Gorr,

    Bien sûr que si que c’est très facile de bien vivre à la campagne (et pas comme des amish 😉 ). Ca se prépare, c’est tout. Ensuite, ca s’organise. Mais quelle qualité de vie en plus. Je gagne bien moins d’argent qu’en région parisienne, mais j’en dépense bien moins aussi.

    Si j’étais restée en région parisienne, je pense que je serais aujourd’hui en prison pour avoir agressé un CPF. Je ne les supportais déjà plus à l’époque. Et ca, c’était en 2001. Qu’est-ce que ça doit être aujourd’hui !

    Si vous avez des questions sur la vie à la campagne, posez-les. Je verrai si je peux y répondre. Pour les écoles hors contrat, il y a une alternative : l’école à domicile, avec le soutien des cours du CNED. Mais , il faut que le père et/ou la mère s’y colle 4 jours par semaine et que les gamins aient le mercredi des activités périscolaires afin de ne pas être désocialisés. Les Anglais domiciliés dans le Sud de la France optent facilement pour l’école à la maison, ne serait-ce que pour des raisons linguistiques.

    • Gorr permalink
      31 janvier 2010 16 h 12 min

      Salut à tous

      Bien sûr, comme tout le monde ici, je suis pour le retour à la terre (car elle ne ment pas) !

      C’est juste que c’est impossible pour 99 % des gens qui doivent travailler (gagner des sous) pour vivre. C’est concrètement impossible. On nage dans l’utopie, le rêve, la théorie. Moi c’est mon rêve aussi de quitter la ville (ou la zone périurbaine) pour m’installer à 100 km de la première bourgade, sans voisins pour m’emmerder, etc.

      Mais que ceux qui prônent ces solutions nous expliquent comment on fait pour gagner des sous au milieu de rien. Comment en plus on scolarise une famille nombreuse, au milieu de la forêt.

      Comme dit, c’est très bien pour des retraités – et encore, à condition qu’ils n’aient pas besoin d’aller voir un médecin trop souvent.

  5. Eisbar permalink
    27 janvier 2010 19 h 00 min

    Mon cher Fromdawu,

    Je suis une fois encore heureux de constater que la ligne de blog est conforme a ce que j’attends et ne trouve plus forcément ailleurs.

    Les expériences communautaires existent et la famille est déjà la première des communautés qui a été détruite par le monde urbain moderne. On pourrait également parler ici des communautés monastiques qui sont une illustration de la possibilité réelle d’un projet chrétien communautaire rural.

    Ce qu’il y a à remettre en question naturellement dans le monde citadin moderne c’est l’ubris, à savoir l’excès inutile et quasiment psychopathologique d’objets, de désirs et de besoins totalement inutiles.

    Je pense que l’on peut raisonnablement mettre en place une communauté chrétienne rurale. Si le projet se dessine je suis prêt à m’investir réellement. Du reste je réfléchis beaucoup à se sujet actuellement. J’ai ton mail et si j’ai des idées ou des pistes je te contacterai.

    Ton idée de kibboutz catholique à la française est une bonne idée.

    Courage camarade dans ta démarche, tu as mon soutien.

    Bien à toi.

    Eisbär.

    • 27 janvier 2010 22 h 34 min

      Merci frère, ce Blog est en effet un moyen, pour les résistants qui tomberont dessus, de réfléchir sur le pourquoi de la situation actuelle, et aussi sur les moyens de résistance.

      Des projets ressemblant à la logique des kibboutz catholiques sont les pistes à étudier pour tous les français soucieux de vouloir préserver l’esprit et la culture française (dont la foi catholique fait évidemment partie).

      Je te remercie de ton soutien, j’espère que ce Blog permettra de faire avancer le schmilblik…….

  6. Eisbar permalink
    28 janvier 2010 19 h 22 min

    Ton blog permet déjà de commencer par le commencement à savoir qu’il permet de créer un réseau de connaissances. C’est de ce genre de réseaux et des diverses compétences individuelles qui le constitueront que pourra débuter un projet viable de regroupement. En vérité, les bonnes volontés ont surtout besoin de se rencontrer. Ce que permet ton blog.

  7. 28 janvier 2010 19 h 53 min

    Fromdawu, as-tu l’e-mail de Duchesse s’il te plait, qui me dit de te le demander via les Intransigeants. Merci.

  8. 28 janvier 2010 19 h 56 min

    Passe par ma boite netcourrier, c’est le mieux.

  9. 29 janvier 2010 10 h 45 min

    Quoique meme les campagnes commencent a craindre. On entend des affaires de poignardage par des jeunes dans des fetes de village. Et l’ete comme l’hiver les racailles se rendent sur les lieux de tourisme, sponsorises par des associations vivants de nos impots. C’est quand meme ironique, on paye pour se faire agresser !

  10. 29 janvier 2010 10 h 49 min

    Un ajout supplementaire.

    Dans des boites de nuits en rase campagne, loin des grandes villes, j’ai parfois vu debarquer des jeunes racailles du 93, qui etaient dans des superbes voitures: BMW haut de gamme, etc… Dans la boite de nuit, ils agressaient les filles, cherchaient la bagarre aux garcons.

    Mis dehors par le service d’ordre apres une bagarre, j’ai pu assister a toute la violence et la sauvagerie dont ils savent faire preuve, ils utilisaient leurs voitures pour faire des derapages devant l’entree de la boite, hurlaient en groupe, attaquaient tout ce qui bougeait.

    C’est le genre de chose qu’il faut avoir vecu soi-meme pour se rendre pleinement compte du danger de guerre civile qui nous guette.

  11. ArZent permalink
    2 mars 2010 18 h 43 min

    Pour commencer, bonjour à tous!
    J’ai cru voir 2-3 pseudo familiers:)
    @gorr:
    J’ai quitté la ville (Cergy-Pontoise) pour m’installer à la campagne il y a 2ans1/2. Je suis dans le 56, à la jonction du 22 et 29.
    Du travail, j’en ai trouvé en une semaine. C’est vrai, c’était de l’intérim, dans une usine de surgelés puis dans un abattoir, à 1100€/mois. Quand on arrive de Paris et qu’on est habitué à se faire 1500€ sans trop se fatiguer, c’est dur; mais du boulot il y en a. Faut faire 20-30km le matin, mais vu qu’il n’y a pas de circulation (donc pas de bouchons), c’est fait en 15-20 minutes.
    Le salaire est pas super, mais l’immobilier n’est pas cher, donc l’un dans l’autre… Pour donner un exemple, avant j’avais un 28m² qui me coutait 680€/mois, maintenant j’ai 60m² (120 quand tout sera fini de rénover) et 700 de terrain sans vis-à-vis, pour 403€/mois. Pour info, à 2 on touche par mois l’ancien salaire de ma femme. Des impôts pas chers (foncier et habitation): les 2 confondus, je paye à l’année ce que je payait par mois dans le 95! On vit pas plus mal, on fait un peu plus gaffe (et encore!).
    La ville d’à coté (5 km, 4000 habitants) a tout ce qu’il faut: Leclerc, Intermarché, magasin de bricolage, une clinique vétérinaire, 2 collèges, 1 lycée-CFA-GRETA, un club de foot, un dojo… Pour les soins, pareil: dentiste, kiné, généralistes, pédiatre… L’hôpital le plus proche (Carhaix) est à 20km, doté d’un héliport pour les transferts Brest-Quimper (pour les cas plus les plus graves).
    Faut se lancer, c’est tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :