Skip to content

Concile Vatican II: documents contre la désinformation

1 avril 2010

Ce site est conçu pour favoriser la réception du Concile Vatican II selon son esprit authentique. Nous désirons ainsi contribuer à réduire les déformations habituelles de ceux qui se trouvent à sa droite (ceux qui refusent tout progrès légitime approuvé par l’autorité en se référant à un concept fixiste et erroné de la Tradition) et à sa gauche (ceux qui désirent et mettent parfois en oeuvre des changements non conformes au Concile, bien qu’en s’y référant).

Publicités
15 commentaires leave one →
  1. Gorr permalink
    3 avril 2010 8 h 51 min

    « favoriser la réception du Concile Vatican II selon son esprit authentique. »

    Pardon, mais le concile V2 est bon à 99 % et conforme à 99 % à la tradition. Tout le problème réside dans le 1 % restant (modernisme, dialoguisme, relativisme prônés dans certains textes).

    Quand vous avez un gâteau qui est bon à 99 % mais qui contient seulement 1 % de poison mortel (un pour cent, c’est pas beaucoup, hein ?), vous le mangez ? Non, vous le jetez tout entier à la poubelle.

    Pas de « réception du concile V2 », c’est impossible ! Il doit aller tout entier à la poubelle… à cause du 1 % de poison qu’il contient.

  2. 3 avril 2010 11 h 02 min

    « Pas de « réception du concile V2″, c’est impossible ! Il doit aller tout entier à la poubelle… à cause du 1 % de poison qu’il contient. »

    On garde ce qui est catholique et on rejette ce qui ne l’est pas (fausse liberté religieuse, faux oeucuménisme, fausse collégialité). Tout le problème consiste à circonscrire le domaine des errreurs en remontant à leur définition pour en tirer une conclusion (scolastique), avec leurs champs d’application, afin d’en dégager le principe de la pratique. On discute donc ce qui n’est pas catholique (actuelles discussions doctrinales Rome-FSSPX) sur des textes non frappés de la note d’infaillibilité. Le débat à l’intérieur de l’Eglise est tout ce qu’il y a de plus catholique depuis 2000 ans.

  3. FromDaWu permalink*
    4 avril 2010 13 h 59 min

    Salutation à vous, Gorr et Ingomer!

    Le Christ est Ressuscité, il est vraiment ressuscité!

    Comment allez vous depuis le temps? Pour le Concile Vatican II, si vous etes d’accord qu’il y a que 1% des textes qui poserait problème, c’est déjà pas mal. Maintenant, de quoi s’agit-il: de la fausse liberté religieuse? Du faux oeucuménisme? de la fausse collégialité?

    Il faudrait revoir les textes du Concile point par point, mais je ne vois pas en quoi ceux qui s’attache à la lettre du Concile, appliqué avec un esprit de continuité avec la Tradition, serait justement en rupture avec celle-ci.
    L’Eglise a toujours affirmé que le Christ était la voie du Salut, que tout homme était appelé au Salut en Jésus Christ, que l’Eglise catholique était l’Eglise du Christ, que le bon dépot de la Foi plein et entier se trouver dans l’Eglise catholique, que le Pape est le Vicaire du Christ, que la Foi est nécessaire au Salut,……

    Il est important, dans une perspective de lutte contre le Système, que nous soyons tous unis et réunis derrière le Christ et le Saint Père au saint de l’Eglise catholique, qui subit en cette sainte fête de Paques les foudres des médias cosmopolites et licratisés.
    L’Eglise est leur principale ennemis, ils ont réussis à l’affaiblirent en y infiltrant des franc maçons, mais de meme qu’il y a déjà eu des anti-Papes ou des Papes immoraux, jamais ceux-ci n’ont pu injecter de fausses doctrines dans la sainte Eglise du Christ.
    Les franc maçons ont réussi durant les années du Concile Vatican II et après à infiltrer une partie importante de la hiérarchie, mais jamais le Pape et la doctrine n’a pu être touché et impacté.
    Ce qu’il faut, à mon sens, c’est lutter contre le modernisme en s’appuyant sur une demande de stricte respect des textes conciliaires. De toute façon, c’est générationnel, dans 10 à 15 ans, il y aura deux fois moins de fidèles et 5 fois moins de pretres, la proportions des tradis va passer de 10% à 30/40%, donc nous sommes déjà assuré d’une certaine victoire et d’un certain rétablissement des choses au sein de notre Eglise, et c’est le principale.

    Il serait intéressant de faire une étude justement sur les projections à court et moyen terme de l’Eglise sur la frange moderniste en perdition et la frange traditionnaliste en progression…. Quelqu’un pourrait m’aider à faire cela? Je ne sais pas si ce travail à déjà été fait, mais se serait super intéressant de faire un état des lieux puis des projections, pour ensuite avoir des pistes pour la résistance……

  4. Gorr permalink
    4 avril 2010 15 h 51 min

    Salut Ingomer : « On discute donc ce qui n’est pas catholique (actuelles discussions doctrinales Rome-FSSPX) sur des textes non frappés de la note d’infaillibilité. »

    Si ces textes ne sont pas infaillibles ils ont autant d’autorité que moi ou toi sur un forum internet. S’ils ne sont pas infaillibles on peut les regarder comme valables ou pas, recevables ou pas, intéressants ou pas… catholiques ou pas.
    Comme toi, je sais que les textes de ce concile (purement pastoral) ne sont pas infaillibles.
    Ils ont à mon avis autant de valeur qu’une prêche de Mgr Gaillot.

    Aller chercher à la loupe dans ce gâteau empoisonné ce qui pourrait à la rigueur être catholique pour ne retenir cela c’est prendre un grand risque. Luther aussi avait des aspects très catholiques (dévotion mariale par exemple)… n’empêche que c’est toute sa doctrine DANS SON ENSEMBLE qu’il faut rejeter au feu, comme l’exige la vraie foi catholique.

    Idem pour ce concile entaché d’hérésie.

  5. Gorr permalink
    4 avril 2010 16 h 10 min

    Salut FromDaWu ! (je vais ces derniers temps très rarement sur internet… plus le temps).

    Tu écris : « Il faudrait revoir les textes du Concile point par point, mais je ne vois pas en quoi ceux qui s’attache à la lettre du Concile, appliqué avec un esprit de continuité avec la Tradition, serait justement en rupture avec celle-ci. »

    Comment recevoir « à la lumière de la tradition » un concile dont le but explicite dès le départ était justement de rompre avec ladite tradition pour s’ouvrir au monde.
    C’est une contorsion intellectuelle des milieux tradis ecclesiadéistes, qui ne tient pas debout. Le problème c’est qu’ils essaient de suivre le magistère récent (anti-Tradition) tout en restant fidèle à la Tradition ! Ce manque de cohérence les conduit à proclamer que le concile V2 était conforme à la Tradition et qu’il suffirait d’en faire une relecture orthodoxe.
    On peut aussi dire que Luther était conforme à la Tradition catholique si on ne regarde que ce qu’on veut bien voir et si on ferme les yeux sur tout le reste.
    L’ennui c’est qu’on ne peut pas dire que A = B si A est l’inverse de B, même pour justifier une situation canonique confortable.

    « L’Eglise a toujours affirmé que le Christ était la voie du Salut, que tout homme était appelé au Salut en Jésus Christ, que l’Eglise catholique était l’Eglise du Christ, que le bon dépot de la Foi plein et entier se trouver dans l’Eglise catholique, que le Pape est le Vicaire du Christ, que la Foi est nécessaire au Salut,…… »

    L’Eglise n’a jamais cessé d’exister. Elle a survécu en un homme pendant des décennies : Mgr Lefebvre . Il a maintenu le dépôt de la foi, a sauvé la messe et les sacrements.
    Il fut un temps où toute l’Eglise (sauf quelques rares et saints évêques) était tombée dans l’arianisme. L’obéissance n’est pas une fin en soi si l’autorité débloque.

    « Il est important, dans une perspective de lutte contre le Système, que nous soyons tous unis et réunis derrière le Christ et le Saint Père au saint de l’Eglise catholique, qui subit en cette sainte fête de Paques les foudres des médias cosmopolites et licratisés. »

    Ce n’est pas parce que les médias juifs haissent les catholiques qu’il nous faut embrasser la doctrine moderniste, juste pour serrer les rangs sous la mitraille et donner une image d’unité.
    Ce que tu proposes c’est de chasser Belzébuth en embrassant Lucifer.
    Soyons donc plus solides sous la tempête : celle-ci va au contraire finir de laminer complètement ce qui restait d’Eglise conciliaire. Elle est comme le Titanic. Elle n’en finit pas de sombrer, même si son commandant sombre avec elle (il est d’ailleurs le seul responsable de tout ce qui arrive). Restons plutôt dans la petite barque de la Tradition, la seule, la vraie et tant pis pour le gros bâteau qui coule (et qui s’est sabordé tout seul par son modernisme).

    Vous proposez de quitter la barque sèche pour remonter dans le gros bâteau qui coule ? Quel intérêt ? Juste pour manifester votre soutien et votre solidarité avec le gentil commandant et ses passagers malheureux ?

    « Les franc maçons ont réussi durant les années du Concile Vatican II et après à infiltrer une partie importante de la hiérarchie, mais jamais le Pape et la doctrine n’a pu être touché et impacté. »

    Pardon, mais vous vous racontez là de belles histoires pour vous rassurer : le magistère de JP2 et de B16 est moderniste et dialoguiste, faussement oecuméniste et mondialiste jusqu’à l’extrême. Certes, certains aspects sont catholiques (comme chez Luther… tout n’est pas mauvais), mais qui osera dire que la papauté est restée fidèle depuis le concile ?
    De fait, elle est restée fidèle au concile, comme l’expression d’une nouvelle spiritualité moderne et mondialisée, mais celle-ci n’a rien, strictement rien à voir avec la Tradition catholique enracinée.

    « Ce qu’il faut, à mon sens, c’est lutter contre le modernisme en s’appuyant sur une demande de stricte respect des textes conciliaires. »

    = lutter contre le protestantisme en respectant les écrits protestants. C’est de la schizophrénie.

     » De toute façon, c’est générationnel, dans 10 à 15 ans, il y aura deux fois moins de fidèles et 5 fois moins de pretres, la proportions des tradis va passer de 10% à 30/40%, donc nous sommes déjà assuré d’une certaine victoire et d’un certain rétablissement des choses au sein de notre Eglise, et c’est le principale. »

    C’est vrai. Attention tout de même : les tradis doivent rester solides et ne pas céder aux sirènes vaticanes. Ne rien céder sur la liturgie, sur la Tradition, sur la lutte totale contre le concile et le modernisme. Si les tradis se rallient à l’Eglise conciliaire et adoptent ou tolèrent ses erreurs, ils pourront bien représenter 40 % des prêtres… qu’est-ce que cela changera ? Le combat sera alors à recommencer à zéro, jusqu’à l’élimination totale de l’hérésie conciliaire.

  6. 4 avril 2010 17 h 40 min

    Bonjour Gorr et FDW, saintes et joyeuses fêtes de Pâques à vous deux.

    @ Gorr, attention de ne pas sombrer toi-même dans la désespérance. Personnellement je partage la phrase de Mgr Lefebvre : « Il faut interpréter le Concile Vatican II à la lumière de la Tradition ». Prétendre aujourd’hui en 2010 que la F.S.S.P.X rejette le concile en bloc est faux : Mgr Fellay n’a jamais soutenu une telle extrémité. Les actuelles discussions doctrinales F.S.S.P.X.-Rome prouvent que la Fraternité discute des points ambigus du Concile pouvant être interprétés d’une manière hétérodoxe, points semblant contredire directement la Tradition (notamment Dignitatis Humanea sur la « liberté religeuse »), c’est la preuve qu’elle ne rejette pas le concile en bloc.

    A propos du scandale du rabbin à Notre-Dame en plein Carême : Mgr Vingt-Trois recule. La venue d’un rabbin dans la cathédrale de Paris pour prêcher une conférence de Carême a fait du bruit. [U]n groupe venant prier le chapelet en réparation a permis que cette conférence se replie vers la sacristie. Or, le Cardinal-archevêque a reçu aussi des critiques de la part de membres éminents de l’Eglise… A tel point qu’il a déprogrammé la conférence du 8 avril, qui devait se tenir aux Bernardins sur Vatican II. Cette conférence/débat faisait suite aux conférences de carême à Notre-Dame, sur le thème : Vatican II : bilan et perspectives

    Les intervenants étaient le P. Denis Dupont-Fauville, Rabbin Rivon KRYGIER, Dominique Folscheid, Gérard Leclerc (source : web le 30/03). Le nom du rabbin Krygier a été retiré de la liste des intervenants et cette manifestation est annulée.

    Source : http://www.perepiscopus.org/article-rabbin-le-cal-vingt-trois-recule-47937141.html

    Donc patience, les amis, et priez chaque jour que ces discussions doctrinales aboutissent à un éclaircissement des points ambigus du concile afin de permettre au Saint-Siège d’en donner une interprétation authentique et/ou de le réviser en certains points si besoin.

  7. duchesse du Berry permalink
    4 avril 2010 19 h 13 min

    @ Salut Gorr
    « De fait, elle est restée fidèle au concile, comme l’expression d’une nouvelle spiritualité moderne et mondialisée, mais celle-ci n’a rien, strictement rien à voir avec la Tradition catholique enracinée. »

    N’exagérons rien. Moi qui suis les deux courants, je sens autant la grâce divine sur les conciliaires que sur les traditionalistes ! D’autre part, les sermons sont les mêmes : virginité mariale, Jésus-Christ Dieu incarné, Trinité et salut par le Christ. Par contre, il est possible qu’on y parle moins de l’Enfer, des Saints ou des anges. Et encore, ça dépend des prêtres…
    A la Vigile Pascale par exemple, si les psaumes de l’église conciliaire où j’étais ne suivaient pas la tradition, les lectures étaient strictement les mêmes, y compris, ce soir-là, la litanie des saints que j’entendais pour la première fois..

    D’ailleurs, Jésus lui-même l’a dit : « et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous jusqu’à la fin des temps. » (Matthieu chapitre 28.20)
    Il s’agit de la fin de l’époque actuelle de l’histoire du salut, c’est-à-dire l’âge de l’Eglise. (Au-delà on entre dans la période entre la fin du monde et le jugement dernier, mais c’est confus.)

  8. Gorr permalink
    4 avril 2010 21 h 15 min

    Ingomer

    « attention de ne pas sombrer toi-même dans la désespérance »

    Pourquoi dis-tu cela, camarade ? Je suis très optimiste au contraire : le Titanic conciliaire avec son commandant Benoit XVI est en train de sombrer plus vite encore que prévu. Alléluia !
    Attention à ne pas quitter la petite barque sûre de la Tradition pour rejoindre le Titanic en train de couler (au nom de l’unité des chrétiens… en train de couler !).

    Mieux vaut une petite barque solide et catholique qu’un immense paquebot troué et mondialo-moderniste.
    Mon message appelle au combat, pas à la désespérance.

    De plus, le fait que la FSSPX discute en ce moment avec Rome ne prouve nullement que le « concile serait potentiellement compatible avec la Tradition ». Mgr Lefebvre avait déjà commencé à discuter avec Mgr Ratzinger dans les années 80 (il était alors à Congrég pour la doc de la foi)… ce fut un échec total qui a abouti aux sacres salutaires de 88 et à sa condamnation inepte par une Rome moderniste.

    Une telle discussion est plutôt perçue par les tradis comme une énième tentative de montrer aux conciliaires qu’ils sont dans l’erreur et doivent se convertir, donc abjurer le concile.

  9. Gorr permalink
    4 avril 2010 21 h 20 min

    Salut Duchesse

    « Moi qui suis les deux courants, je sens autant la grâce divine sur les conciliaires que sur les traditionalistes !  »

    Le problème, c’est qu’il ne peut s’agir d’une « sensation » ou d’un « sentiment » ! Il s’agit de la vérité catholique et celle-ci ne peut tomber dans l’immondice oecuméniste, mondialiste et talmudique.
    Un élément qui ne trompe pas : Jésus dit qu’on reconnaitra l’arbre à ses fruits. Faites le bilan de 40 ans d’Eglise conciliaire, avec tous les JPII et Benoit 16 : la faillite, l’effondrement le plus total, l’homosexualité et la pédophilie qui gangrène une Eglise vidée de sa substance traditionnelle et combattante (virile), une Eglise efféminée, à quatre patte devant les rabbins et le monde impie…
    Les fruits du concile sont évident : c’est un échec total. Or le Christ le dit : si un arbre ne donne pas de bons fruits, on le coupe et on le jette au feu. C’est ce que mérite la « nouvelle pastorale issue du concile ».
    Tout cela montre que cette Eglise nouvelle, réformée, protestantisée, ne transmet plus la grâce.

  10. 5 avril 2010 1 h 02 min

    Juste deux points:

    1. Si le Concile Vatican II était dogmatique pour certaine partie, est-ce que l’argument de la nature pastorale permettant de ne pas tomber sous le coup de l’infaillibilité tiendrait toujours selon vous pour rejeter le Concile Vatican II?

    2. Comment peut-on comparer les « conciliaires » aux protestants, sachant que les anti-conciliaires comme les protestants ne reconnaissent pas le Pape et choisissent de leur propre chef (libre examen) ce qui appartient à la Bible (pour les protestants) ou à la Tradition (les anti-conciliaires)? N’est-ce pas l’inverse?

  11. Gorr permalink
    5 avril 2010 21 h 39 min

    « Si le Concile Vatican II était dogmatique pour certaine partie »

    Un concile dogmatique est un concile qui définit un dogme (ou plusieurs). Ou qui condamne DOCTRINALEMENT une hérésie.
    Rien de tel dans V2.
    D’ailleurs, c’est simple : c’est Paul VI lui-même, dans une allocution à la fin du concile, qui définit V2 comme « pastoral ». Pourquoi donc être plus royaliste que le roi et appeler « dogmatique » un concile qui n’a jamais prétendu l’être ?
    Evidemment, dans l’esprit des pères conciliaires ultra-modernistes, il n’était surtout pas question de définir un dogme (quelle horreur !) ou pire encore : de condamner quoi que ce soit.
    Le concile est une pastorale, c’est à dire « une manière de parler aux hommes », une manière nouvelle, réformée, révolutionnaire, à l’opposé de tout ce qui s’était toujours fait auparavant. Il n’est rien de plus. Inutile donc de lui faire porter des habits d’infaillibilité : c’est une prétention qu’il n’a jamais eue.

    « Comment peut-on comparer les « conciliaires » aux protestants »

    Facile : leur « messe » réformée est inspirée directement de Rahner, de Luther et a été inventée par Bugnini avec trois pasteurs protestants; leur nouvelle pastorale est protestante (liberté de conscience, liberté religieuse, oecuménisme), leur vision de l’Eglise est protestante (collégialité). ça c’est pour la théorie.
    Dans la pratique, les gens qui se réclament du concile sont toujours très proches des protestants et haissent la Tradition catholique comme d’autres haissent les fascistes.
    Une anecdote : depuis le concile, dans les églises d’allemagne, les pasteurs protestants célèbrent très souvent avec le « curé » « catholique ». Très souvent, c’est carrément le pasteur qui prêche !

    « les anti-conciliaires comme les protestants ne reconnaissent pas le Pape »

    Faux : les traditionnalistes reconnaissent le pape. Mgr Lefebvre a toujours reconnu le pape (JPII à l’époque). Là tu évoques les sédévacantistes, ce qui n’a rien à voir. Les sédévac sont contre le concile, mais ils disent que le pape n’est pas pape. Ce n’est pas la position de la FSSPX.

  12. 6 avril 2010 9 h 09 min

    – Le Concile Vatican II contient pourtant des constitutions dogmatiques comme Dei Verbum et Lumen Gentium. Ainsi donc, comment prétendre que le Concile Vatican II n’est pas en partie dogmatique?

    – Je ne suis pas d’accord pour dire que le nouvel Ordro Missae est une protestantisation de la sainte Messe. Qu’en Allemagne des Messes soient préchées par un pasteur protestant est une ignominie qui ne regarde que le pretre ou l’Eveque qui autorise ce genre de chose, en aucun cas c’est le Concile Vatican II qui a dit que les Messes pouvaient être concélébré avec des pasteurs protestants!
    Les deux formes du seul est unique rite romain se ressemble beaucoup, pour avoir assisté à la forme extraordinaire ainsi que la forme ordinaire en latin, je peux vous dire que le déroulement de la Messe est le même, hormis les prières qui sont simplifiées (ce qui peut déranger certaines sensibilité, je l’accorde). Mais la Messe, quand le nouvel Ordo est scrupuleusement respecté, est en total continuité avec la forme extraordinaire.

    – Les fidèles de la FSSPX reconnaissent le Pape? Mais que veut dire reconnaitre le Pape lorsque l’on dit que le Concile Vatican II qui a été reconnu par le Pape mais que nous-même nous ne reconnaissons point ce Concile? Je veux dire, n’y a-t-il pas un germe de protestantisation quand l’on dit de son propre chef que le Pape a reconnu un faux Concile? Est-ce seulement déjà arrivé dans l’histoire de l’Eglise qu’un Pape reconnaisse un faux Concile?

  13. Gorr permalink
    6 avril 2010 21 h 20 min

    Salut FromDaWu,

    « – Le Concile Vatican II contient pourtant des constitutions dogmatiques comme Dei Verbum et Lumen Gentium. Ainsi donc, comment prétendre que le Concile Vatican II n’est pas en partie dogmatique? »

    Une constitution dogmatique n’est pas « le » concile. D’autant plus que ces constitutions dogmatiques n’en sont pas : pas de définition d’un dogme / pas de volonté d’en définir / pas de condamnation ou précision dogmatique. C’était d’ailleurs le but explicite des pères conciliaires les plus modernistes (ceux qui ont triomphé, en réalité, soutenus par Paul VI).
    Que V2 fût pastoral, c’est Paul VI qui le dit lui-même : « Le magistère de l’Eglise n’a pas voulu se prononcer sous forme de sentences dogmatiques extraordinaires. »
    (Paul VI, discours de clôture du Concile, 7 décembre 1965. Cité in « Le Sel de la Terre » n°47, p.47)
    Plus loin, le même pape précise que son concile est simplement pastoral. Lis son discours de clôture.
    Tu veux déclarer infaillible et dogmatique un concile dont le pape-chef a lui-même dit qu’il ne l’était pas ! C’est comme si tu voulais déclarer une loi constitutionnelle alors que le conseil constitutionnel l’a déclarée inconstitutionnelle.
    « La vérité est que le Concile lui-même n’a défini aucun dogme et qu’il a voulu consciemment s’exprimer à un niveau plus modeste, simplement comme un Concile pastoral. »
    (Cardinal Ratzinger, discours à la Conférence épiscopale chilienne. Cité in « Il Sabato » du 30 juillet-5 août 1988).
    Conclusion : V2 = pastoral; donc discutable, réfutable, « poubellable »

    « Je ne suis pas d’accord pour dire que le nouvel Ordro Missae est une protestantisation de la sainte Messe. »

    Lis, STP : « Bref Examen Critique du Nouvel Ordo Missae » par les Cardinaux Ottaviani et Bacci. Ottaviani était anti-moderniste (comme Bacci et Mgr Lefebvre) et Supérieur de la congrég pour la doc de la foi (c’est pas rien).
    Il démontre par A + B que la nouvelle messe est purement protestante dans sa forme, dans son intention, dans l’esprit de ceux qui l’ont inventée.
    D’ailleurs Bugnini et ses trois pasteurs protestants (auteurs du nouveau rite) l’ont dit clairement : le but était de rapprocher la messe catholique de la cène protestante. Cela a été dit et redit, affirmé fièrement et revendiqué, au nom de l’oecuménisme satanique promu par V2 et ses serviteurs.

    « Les deux formes du seul est unique rite romain se ressemble beaucoup, pour avoir assisté à la forme extraordinaire ainsi que la forme ordinaire en latin, je peux vous dire que le déroulement de la Messe est le même, hormis les prières qui sont simplifiées (ce qui peut déranger certaines sensibilité, je l’accorde). Mais la Messe, quand le nouvel Ordo est scrupuleusement respecté, est en total continuité avec la forme extraordinaire. »

    En lisant cela, je constate que tu n’as pas la moindre idée de ce qu’est une messe catholique (il n’y en a qu’une seule, celle de toujours, pas celle des pasteurs et des modernistes).
    Lis, je t’en pris, le livre cité plus haut : tu changeras d’avis à 180 degrés. Les deux cardinaux ont démontré, point par point, que la messe moderniste est à l’opposé de la messe catholique.

    « Les fidèles de la FSSPX reconnaissent le Pape? Mais que veut dire reconnaitre le Pape lorsque l’on dit que le Concile Vatican II qui a été reconnu par le Pape mais que nous-même nous ne reconnaissons point ce Concile? Je veux dire, n’y a-t-il pas un germe de protestantisation quand l’on dit de son propre chef que le Pape a reconnu un faux Concile? Est-ce seulement déjà arrivé dans l’histoire de l’Eglise qu’un Pape reconnaisse un faux Concile? »

    1. Ce n’est pas parce que tel événement n’est jamais arrivé qu’il n’arrivera jamais
    2. Un pape et un concile sont infaillibles lorsqu’ils définissent un dogme et dans certains cas très précis. Dans les autres cas, nous ne sommes pas tenus du tout à leur obéir. Une pastorale peut tout à fait être erronée. Pense aux fruits du concile : c’est la preuve par la grâce que le concile est stérile et que ses fruits ne transmettent pas la grâce.
    3. Un exemple simple : lorsque le père de famille ordonne de commettre un acte mauvais, faut-il lui obéir ? Jamais ! C’est ce qu’enseigne la foi catholique depuis toujours. Rien de protestant là-dedans. Bien sûr, il faut continuer à respecter le père de famille, l’aimer, prier pour lui… mais pas lui obéir. Lui désobéir est un devoir de catholique dans certains cas.
    Idem pour un pape mal inspiré : l’obéissance n’est pas une fin en soi et ne l’a jamais été.
    Quand un pape va prier dans une synagogue, une mosquée, ou participe à une réunion d’apostasie comme Assise, ou reçoit sur le front le signe des adorateurs de shiva (= satan), lui désobéir est la seule condition de rester catholique.

  14. 28 avril 2010 15 h 03 min

    Salut en notre Seigneur Jésus Christ ressuscité !

    @ Gorr. Je ne suis pas d’accord avec toi sur le Nouvel Ordo Missae. J’ai lu le  » Bref examen critique  » des cardinaux Ottaviani et Bacci. Je ne sais pas si tu sais qu’il a été écrit et inspiré par le Père Guérard des Lauriers qui a très mal fini (dans le sédévacantisme). Dans cet ouvrage on voit les différences surtout quand aux prières de l’Offertoire qui dans le NOM sont complètement insuffisantes au niveau doctrinal car elles ne présentent plus la fin du Sacrifice eucharistique.

    Moi-même, je préfère de loin la forme extraordinaire de l’unique rite romain à la forme ordinaire en particulier pour cela. Toutefois les deux cardinaux à l’origine de cet ouvrage ont accepté le NOM par obéissance et c’est là toute la question avec la FSSPX.

    Ce qui fait que l’on est catholique c’est l’union ouverte et publique avec le Souverain Pontife qui ne peut errer sur la foi et les moeurs. Cela est ainsi depuis 2 000 ans et la phrase de notre Seigneur à saint Pierre :  »  Et Moi Je te dis : tu es Pierre et sur cette pierre Je bâtirai mon Église, et les forces de mort ne l’emporteront pas sur elle. Je te donnerai les clés du Royaume des Cieux. Ce que tu lieras ici sur terre sera lié dans le ciel, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.  » (Mt 16, 18-19).

    PAX +

  15. Gorr permalink
    28 avril 2010 16 h 30 min

    « Ce qui fait que l’on est catholique c’est l’union ouverte et publique avec le Souverain Pontife qui ne peut errer sur la foi et les moeurs. »

    Ok, mais il peut totalement errer dans tous les autres domaines : pastorale, oecuménisme hérétique, liturgie, etc. Dans ce cas, lui désobéir est la seule manière d’aller au ciel et de rester catholique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :