Skip to content

Inde: Extremisme hindou ou prosélytisme US à l’origine des persécutions contre les chrétiens?

29 mai 2010

Une analyse que pourrait avoir E&R: L’impérialisme US, après avoir déstabilisé le monde musulman par le prosélytisme évangélique et le pétrole, s’attaque désormais au bloc indien, qui avec le bloc chinois représente encore deux colosses relativement épargnés par la globalisation culturelle et identitaire. Pour créer ce gouvernement mondial, il faut détruire tout les empires ou civilisation homogène qui pourrait empêcher ce Nouvel Ordre Mondial. D’abord, la Chrétienté il y a 200 ans, puis l’Islam depuis une trentaine d’année, puis aujourd’hui le monde hindou (demain les Chinois?).

Une analyse de FromDaWu(!): La première chose à constater, c’est que les chrétiens indiens sont des indiens de souche, et non des importations de populations liées à la globalisation comme en Europe pour les musulmans. Le problème est donc différent. Ensuite, il faudrait distinguer s’il s’agit de missions catholiques ou évangéliques. Dans le premier cas, elles ne peuvent être soupçonné de collusion avec l’Oncle Sam (ce que prétend pourtant le leader hindou assassiné), et dans le second cas, on peut le supposer.

En attendant, les adorateurs d’éléphant et autres idoles diaboliques s’en prennent aux pauvres parmi les pauvres, les intouchables convertis au christianisme, à qui il reproche d’être nourris et éduqués par les missionnaires chrétiens (catholiques ou évangéliques). Une religion païenne, qui s’écroule naturellement comme ce fût toujours le cas dans l’histoire lorsqu’elles furent en contact avec le monothéisme chrétien, et qui se fonde aussi sur une appartenance ethnique, comme le judaïsme. Tout indiens de souche a donc vocation à être adorateur d’éléphant, ce qui nécessite la force et la terreur car sans cela, cette religion tendrait à disparaitre dans quelques centaines d’années.

En tant que catholique, je souffre pour ces frères et soeurs qui témoignent jusqu’au martyr du Christ ressuscité. Je les encouragerais à organiser leur défense, à continuer à améliorer leur instruction et à garder la culture hindou débarrassée de tout polythéisme.

Oremus+

Publicités
20 commentaires leave one →
  1. 29 mai 2010 15 h 03 min

    FromDawu,

    L’Hindouisme ne s’ecroulera pas.

    Les musulmans malgre des siecles, des massacres par centaine de milliers, avoir ete au pouvoir du 12 au 19e siecles, ils n’y sont pas arrive.

    C’est une religion multi millenaires et profondement ancre dans les moeurs des indiens.

    Savais tu que les musulmans indiens et meme pakistanais ont conserve un systeme de castes ?

  2. Gorr permalink
    29 mai 2010 16 h 06 min

    Les problèmes des Indes nous concernent autant que les variations de température aux équinoxes sur la planète Mars.

    L’hindouisme tiendra ? tiendra pas ? peut-être que oui, peut-être que non ? Adoreront-ils encore les éléphants en l’an 3000 ? Nous n’en avons rien à secouer.
    Ce qui compte ce sont les nôtres, nos familles et leur survie sacrée sur notre terre sacrée.

  3. 29 mai 2010 19 h 13 min

    @Fiefenix: Le polythéisme n’a jamais survécu, à la longue, face au monothéisme, qu’il soit chrétien ou musulman d’ailleurs: Absence d’espérance, rituel barbare et sans aucun sens concret, absence de rationalité aussi…. Bref, l’objet de mon post était surtout de débattre sur ce qui se joue sur ce quasi-continent, au regard de la géopolitique du NOM notamment. Je ne sais pas si l’hindouisme est plus ancré dans les mœurs des indiens que ne l’était le druidisme chez les celtes!

    @ Gorr: tu t’en moque, cela dit, étant donné qu’il s’agit quand même de tes frères en Christ, qu’est-ce que cela t’inspire?

  4. Gorr permalink
    29 mai 2010 19 h 57 min

    Ils ne sont pas mes frères. La fraternité est l’expression du sentiment profond qui unie des frères et de soeurs. Ce sentiment comporte une dimension affective. AFFECTIVE.

    Or je ne peux éprouver ce sentiment à l’égard de 2 milliards de chrétiens que je ne connais pas. Pour éprouver un sentiment, une affection, un LIEN FRATERNEL avec quelqu’un, il faut commencer par le connaître. C’est la logique qui nous enseigne cela.

    Attention à ne pas tomber dans la rhétorique de la fraternité universelle, idéologie du cosmopolitisme. Non, ces Indiens chrétiens – tout à fait respectables – ne peuvent pas être mes frères. Je serais hypocrite et menteur de les appeler « frères » alors que je ne les ai même jamais croisés ou rencontrés.

  5. 29 mai 2010 20 h 51 min

    La fraternité n’est pas forcément l’expression d’un sentiment affectif! On peut avoir des frères et sœurs de même père et mère sans pour autant les aimé, à cause de problème familiaux profond par exemple.

    Mais comment arrive-tu malgré tout à nier que les chrétiens sont tous frères en Christ? Toi qui t’attache fortement à la Tradition de l’Eglise, comment arrive-tu à justifier cette position à niveau de la foi?
    Selon moi, cela n’a aucun sens!

    Je peux ne pas connaitre des catholiques à Paris, pour autant ils sont mes frères en Christ non? Et par extension, les chrétiens en Inde, au Soudan ou au Mexique sont aussi mes frères en Christ non?

  6. Gorr permalink
    29 mai 2010 20 h 58 min

    « Je peux ne pas connaitre des catholiques à Paris, pour autant ils sont mes frères en Christ non? Et par extension, les chrétiens en Inde, au Soudan ou au Mexique sont aussi mes frères en Christ non? »

    pour moi, le mot « frère » a un contenu beaucoup plus fort, presque charnel, que pour toi. Il n’est pas juste une abstraction. Dire qu’untel est mon frère, c’est dire que j’ai un lien extrêmement puissant et privilégié avec cette personne. Jamais je n’emploierai un mot aussi fort à tort et à travers, notamment vis-à-vis de gens que je ne connais pas du tout.
    Même mes amis les plus proches je ne les appelle pas mes frères. Même deux ou trois super-potes en qui j’ai toute confiance et qui ont prouvé leur valeur face aux flics ou aux gauches.
    Ce mot de « frère » est trop précieux pour être employé pour désigner de parfaits inconnus.

    Les catholiques de ma ville sont peut-être des alliés, des proches, des camarades de combat (et encore, c’est à voir !). Mais comment dire sérieusement qu’ils sont mes « frères » ? Ou même mes « amis » ?

    Dès qu’on dit qu’on est ami ou frère (c’est encore pire) avec des milliards de personnes, on tue la notion même d’amitié et de fraternité. On entre dans l’hypocrisie et l’idéologie. Pour moi, un ami, un frère, ça n’a rien de théorique. C’est quelqu’un que je peux identifier et dont je connais la valeur.

  7. 29 mai 2010 21 h 17 min

    J’entends bien Gorr, mais tu ne répond pas à la question! En clair, tu me dis que le mot « frère » est dévoyé, qu’il est inapproprié pour une utilisation en dehors de son sens charnel, …. Mais que fais-tu du sens spirituel?

    Frère en Christ, c’est un sens spirituel, une filiation spirituelle, nous avons le même Père, donc nous sommes frères! Et je réitère aussi ma question à propos de la Tradition de l’Eglise: comment arrives-tu à trouver dans la Tradition des éléments pour appuyer cette position-ci?

  8. Gorr permalink
    29 mai 2010 21 h 52 min

    « Mais que fais-tu du sens spirituel? »

    Déclarer que tout homme est mon frère, c’est nier le concept même de fraternité. Si je prétends aimer tout le monde (des milliards d’êtres humains), en réalité je n’aime personne.
    L’amour, l’amitié, le lien fraternel est par essence discriminant, exclusif. L’amour, c’est : je préfère untel à untel.

    « Frère en Christ, c’est un sens spirituel, une filiation spirituelle, nous avons le même Père, donc nous sommes frères! »

    On peut dire ça de tout homme : même pas la peine qu’il soit chrétien… On est tous des fils d’Adam, non ? Donc on est tous des frères.
    Cela détruit le principe même de la fraternité. Si on est tous des frères, il n’y a plus de frère.
    Tu me parles de Tradition, je te parles de logique élémentaire. La Tradition irait-elle contre la logique ?

    Non, nous ne sommes pas tous des frères, pas tous amis. Nous ne sommes pas amoureux de l’humanité. Le concept de lien fraternel est par définition anti-universalisant.
    A vrai dire, je n’oserais même pas dire de mon meilleur ami qu’il est « mon frère ».

    Il y a des cultures du sud répugnantes dans lesquelles chacun dit à l’autre : « mon frère » (ou « brother » dans la version nègre). Chez les européens et nordiques, on est plus prudent, plus parcimonieux dans les grandes déclarations d’amour et mises en scène extraverties. Même : on se méfie de ces gens qui viennent vous tutoyer, vous appeler « mon frère » sur un ton mielleux et limite pédé… on se dit que ça cache quelque chose, que c’est indécent et hypocrite.

  9. 29 mai 2010 23 h 31 min

    @Gorr:
    « Frère en Christ, c’est un sens spirituel, une filiation spirituelle, nous avons le même Père, donc nous sommes frères!”

    On peut dire ça de tout homme : même pas la peine qu’il soit chrétien… On est tous des fils d’Adam, non ? Donc on est tous des frères.
    Cela détruit le principe même de la fraternité. Si on est tous des frères, il n’y a plus de frère.
    Tu me parles de Tradition, je te parles de logique élémentaire. La Tradition irait-elle contre la logique ?

    >> J’apprécie ton sens de la rhétorique!! Nous sommes tous fils d’Adam, donc frère en humanité, et il y a pas de mal à cela. Les chrétiens sont frères et soeurs en Christ, car lié par l’Esprit Saint qui nous relie au Père. Encore une fois, pas de mal à cela non?

    Mais pour toi donc, tu n’as aucun frère hormis peut-être dans ta famille? Ta logique exposé repose en réalité sur la définition des mots et ce que l’on y met. Voilà pourquoi le recours à la Tradition et à la foi de l’Eglise serait intéressant pour y voir plus clair selon moi. Que diras-tu si une Encyclique d’un Pape (avant Vatican II bien sûr!) parle de la fraternité chrétienne, parle du fait que tous les chrétiens sont frères et soeurs en Christ, que diras-tu?

  10. 30 mai 2010 0 h 50 min

    Salut en Christ Seigneur !

    @ Gorr.

    Si je suis ton raisonnement sur la fraternité, ton frère ne peut être que ton frère de sang, c’est-à-dire l’enfant issu du même père et de la même mère que toi ? C’est très limité comme conception, non ?

    Sinon, si tu es catholique que penses-tu de cette Parole de Dieu pour en revenir au thème de l’article sur notre attitude à adopter envers nos frères en Christ Seigneur indiens persécutés par les idolâtres hindous :

     » Vous êtes fils de Dieu par la foi en Jésus Christ, et vous avez revêtu le Christ, vous tous qui avez été donnés au Christ par le baptême. Là, il n’y a plus de distinctions : Juif et Grec, esclave et homme libre, homme et femme ; tous vous êtes devenus un dans le Christ Jésus. Et si vous êtes au Christ, vous êtes la descendance d’Abraham, les héritiers de la promesse.  » (Ga 3, 26-29)

    PAX +

  11. Gorr permalink
    30 mai 2010 9 h 48 min

    « Nous sommes tous fils d’Adam, donc frère en humanité, et il y a pas de mal à cela. »

    L’humanité n’existe pas. C’est un concept maçonnique et j. L’Evangile ne parle jamais d’humanité. En revanche, il y a des hommes, des peuples, des cultures, des religions, des etc etc.
    Et je le répète : si nous sommes tous frères, alors personne n’est frère. Le concept d’amitié, d’amour ou de fraternité est par définition EXCLUSIF et DISCRIMINANT. On est toujours le frère de quelqu’un PAR RAPPORT à d’autres. Dire que nous sommes TOUS frères est un non-sens de la logique.
    J’aime ma femme. Cela ne veut pas dire que j’aime tous les femmes ! Quand on aime quelqu’un, c’est toujours par OPPOSITION. J’aime ma femme PLUS QUE les autres = je PREFERE.

    Dis-moi que tu préfères les chrétiens (moi aussi) et on sera tout à fait d’accord. Mais ne parle pas d’humanité et ne dit pas que nous sommes tous frères, ça n’a pas de sens.

    « Mais pour toi donc, tu n’as aucun frère hormis peut-être dans ta famille? Ta logique exposé repose en réalité sur la définition des mots et ce que l’on y met. Voilà pourquoi le recours à la Tradition et à la foi de l’Eglise serait intéressant pour y voir plus clair selon moi. »

    La Tradition ne peut pas aller contre la logique élémentaire. Et l’Eglise ne peut pas nous demander d’aimer quelque chose qu’on ne connait pas.

    « Que diras-tu si une Encyclique d’un Pape (avant Vatican II bien sûr!) parle de la fraternité chrétienne, parle du fait que tous les chrétiens sont frères et soeurs en Christ, que diras-tu? »

    1. Il faut voir s’il s’agit d’une encyclique frappée de l’infaillibilité (toujours le même problème), car des encycliques dans l’histoire de l’Eglise, il y en a des centaines de milliers à travers les siècles. Et certaines se contredisent parfaitement. Je pense notamment aux dernières qui appellent à l’amitié avec les j et qui contredisent totalement celles plus anciennes qui brimaient les j et interdisaient tout rapport avec eux.
    2. Ni le crédo, ni l’acte de foi ne parlent de « fraternité humaine » ou de « fraternité chrétienne ». On est donc ici dans l’interprétation personnelle subjective. On est dans le relativisme.
    Et jamais NSJC n’a parlé ainsi.

    Ne pas confondre Ghandi avec le Christ.

  12. Gorr permalink
    30 mai 2010 10 h 00 min

    Thomas

    « Si je suis ton raisonnement sur la fraternité, ton frère ne peut être que ton frère de sang, c’est-à-dire l’enfant issu du même père et de la même mère que toi ? C’est très limité comme conception, non ? »

    Je n’ai qu’une femme et que quelques enfants, ainsi que quelques amis qu’on peut compter sur les doigts d’une main. C’est très peu à l’échelle de l’humanité (7 milliards d’hommes).
    Le concept de « famille » et de « prochain » est très limité comme conception, hein ? Et pourtant, c’est celui que le Christ donne dans l’Evangile. Il ne prêche pas autre chose : la charité = amour du prochain (pas de « l’humanité ») et l’Eglise consacre la famille comme cellule sacrée de base de toute société.
    Bien sûr, c’est très limité comme conception. C’est le christianisme.

    Sur la parabole de St Paul dans son épitre (vous être devenus un dans le Christ) etc. : Attention : St Paul s’adresse aux juifs baptisés ! A DES JUIFS DEVENUS CHRETIENS ! Toute l’interprétation de ce passage dépend de la compréhension de ce fait.
    St Paul s’adresse à d’ex-juifs pour leur dire, en gros : maintenant que vous êtes dans l’Eglise, vous êtes des chrétiens (comme les Grecs goyim), vous n’êtes plus « supérieurs » aux goyim, vous n’avez plus, en tant que j, de statuts « d’élus ». Donc il n’y a plus de distinction entre vous et les Grecs, ni entre riches et pauvres etc. Il essaie de convaincre son lectorat que le « peuple élu » n’existe plus, au sens de l’ancienne alliance.

    Le crime est de prendre cette phrase, de la sortir de son contexte et d’en faire un message universalisant, appelant au cosmopolitisme et prêchant l’humanisme, les droits de l’homme voire l’égalité entre les races et peuples !

  13. 31 mai 2010 17 h 46 min

    Je trouve que Gorr defends tres bien sa position meme si je ne suis pas d’accord

  14. 31 mai 2010 19 h 36 min

    Gorr défend effectivement bec et ongle sa position de refus de toute fraternité chrétienne universelle.
    Pourtant, le Christ est le Sauveur de TOUT les Hommes, l’Eglise est catholique donc universelle. Saint Paul nous exhorte dans la Parole de Dieu en nous appelant frère. Lorsqu’il emploi le mot frère dans ses Lettres, il s’adresse bien sûr à Saint Timothée ou à un autre membre de sa communauté. Seulement, la Parole de Dieu s’adresse au Chinois, aux Européens, aux Africains ect….. De même, lorsque le Seigneur parle à la foule dans le Saint Evangile (Mt 12,46-50 ):

    Comme Jésus parlait à la foule, voici que sa mère et ses frères se tenaient au dehors, cherchant à lui parler.
    Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui cherchent à te parler. »
    Jésus répondit à cet homme : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? »
    Puis, tendant la main vers ses disciples, il dit : »Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère. »

    De même, les Intransigeants ont fait un article très intéressant sur l’universalisme judéo-chrétien, où ils ne remettent pas en cause la fraternité universelle chrétienne, simplement que celle-ci doit D’ABORD se diriger vers ses proches, ce qui est une évidence.

    http://intransigeants.wordpress.com/2008/12/14/considerations-sur-luniversalisme-judeo-chretien/

    Ce que je pense, c’est que demain si je pars au Sénégal et que je rencontre et vis avec des catholiques sénégalais, je les considérerai comme mes frères et soeurs en Christ comme quand je vis ici en France et que je côtoie des catholiques français, ceux-ci sont mes frères et soeurs en Christ.
    Cette position n’a rien d’extraordinaire, encore moins d’anti-catholique. Si je m’installe au Sénégal, mon Eveque sera celui de Dakar, ma paroisse et ma communauté sera à Dakar,….

    J’ai quand même du mal à comprendre comment on peut refuser cela en tant que catholique. Et ma position ne justifie en rien l’invasion africaine en Europe ou quoi que ce soit de la même veine.

  15. Gorr permalink
    31 mai 2010 20 h 54 min

    « Gorr défend effectivement bec et ongle sa position de refus de toute fraternité chrétienne universelle. »

    Comme Jeanne d’Arc

    « De même, les Intransigeants ont fait un article très intéressant sur l’universalisme judéo-chrétien, où ils ne remettent pas en cause la fraternité universelle chrétienne, simplement que celle-ci doit D’ABORD se diriger vers ses proches, ce qui est une évidence. »

    Non-sens : soit on est tous des frères et dans ce cas on ne fait pas de distinction entre proches et lointains (on abolit la distinction = il n’y a plus de prochain), soit on PREFERE certains, on hiérarchise, on sépare, on trie et dans ce cas il n’y a pas de fraternité universelle et surtout pas d’universalisme.
    Au fait, attention au contre-sens : le Christ parle de « frères », ce qui correspond en hébreu à « ami » et « proche » (dans le contexte : disciple).
    Vous faites la même erreur d’interprétation que Thomas sur ce site, quand il citait St Paul aux Galates (le fameux extrait qui dit : « il n’y a plus de juifs, plus de Grecs, plus de riches, etc »). Vous sortez juste les mots de leur contexte historique (hébreux + lettre de St Paul à l’ex-juifs baptisés pour leur signifier la fin de leur statut d’élection) pour les faire entrer dans VOTRE conception ACTUELLE de l’universalisme, de l’égalitarisme et de l’humanisme.

    « Ce que je pense, c’est que demain si je pars au Sénégal et que je rencontre et vis avec des catholiques sénégalais, je les considérerai comme mes frères et soeurs en Christ »

    Heureusement que Jeanne d’Arc n’a pas considéré les Anglais comme « ses frères et soeurs en Christ » (sic) mais qu’elle les a transformés en hachis parmentier.
    Il ne vous restera donc plus qu’à marier une belle sénégalaise, votre « soeur en Christ ». Hahaha

  16. 31 mai 2010 23 h 08 min

    En tout cas eux ce sont mes freres.

    Nom d’une pipe, j’aurais rever avoir 20 ans en Baviere en 1930.

    PS Ne vous inquiétez pas je suis juste un peu rébou
    Une fois j’ai fait une nuit allemande sur Blabla de FDS, la balance BDS en avait profité pour me charger aupres de Francois (on s’etait bien marre avec FMK)

  17. 1 juin 2010 11 h 04 min

    Hehehe, bien marrant. D’ailleurs je me rappel avoir vu le film étant plus jeune, un bien bon film!

  18. Gorr permalink
    1 juin 2010 12 h 21 min

    « Nom d’une pipe, j’aurais rever avoir 20 ans en Baviere en 1930. »

    c’est clair.
    Et aussi de mourir en 42 en Russie sur le front de l’Est.
    Pour pas voir la suite.
    Elle n’a aucun intérêt.

  19. 1 juin 2010 16 h 04 min

    Bande de nazillons! Vous nous rappelez les zheures les plus sombres de notre Histoire 🙂

  20. Maheshan permalink
    26 juin 2010 10 h 06 min

    Bonjour, je suis un sri lankais hindouiste. Je vais assez souvent en Inde et ces persécutions sont rares de nos jours. Je connais pleins de chrétiens et ils sont très gentils. Le problème de l’hindouisme ce ne sont les dieux mais les hindouistes extrémistes.

    Nous, les hindous (surtout des hautes castes), n’avons pas aidé les intouchables contre la pauvreté. Nous les avons méprisé, alors ils se sont convertis au christianisme pour de l’argent et pour le respect. Il faut les comprendre …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :